Qu’est-ce que le metaverse ?

S’il y a un mot qui fait parler de lui en ce moment en dehors des NFT c’est bel et bien le metaverse.

Sémantiquement, le mot metaverse découle du mot grec « meta » signifiant “au-delà”, et « verse », la contraction d’universe en anglais.

Le metaverse signifierait donc « Au-delà de notre univers », un univers transcendant notre réalité, un univers numérique. Par ailleurs, le terme a été utilisé pour la première fois dans l’œuvre le Samuraï virtuel de Neal Stephenson (1992).

Par ailleurs, beaucoup considèrent « Second life » comme l’un des précurseurs du metaverse. Ce jeu sorti en 2003 permet encore aujourd’hui à ses utilisateurs d’incarner des personnages virtuels dans un monde créé par les résidents eux-mêmes. Jusque-là rien de très compliqué vous nous direz, mais le metaverse tel qu’on l’entend aujourd’hui serait une version beaucoup plus complexe : il pourrait mêler RV/VR et RA/AR, serait accessible à tout moment avec une notion de marché où nous utiliserions la blockchain, un réseau de confiance décentralisé qui permet le transfert de valeurs numériques telles que la monnaie et les données, afin de procéder à nos achats.

Concert de Travis Scott dans Fortnite

Le metaverse existe-t-il déjà ?

Certains se demanderont alors pourquoi le metaverse est autant à la mode maintenant, s’il existe déjà depuis longtemps ?

En effet, si l’on s’en tient à la précédente définition, le metaverse est déjà présent à travers les jeux vidéo en ligne comme Fortnite, Roblox, VR Chat, dans l’univers cinématographique ou encore dans la littérature. À travers ces différents supports, on peut d’ores et déjà apercevoir et comprendre les possibilités que nous offrirait le metaverse, comme nos prochaines méthodes d’appréhender nos relations avec internet, nos nouvelles méthodes pour visiter des lieux, pour se sociabiliser, le tout avec une économie propre à elle-même.

Cependant, le metaverse ne serait pas qu’un jeu, ce serait bien un monde en lien direct avec le nôtre. Pour aller plus en profondeur, nous allons analyser deux écoles de pensées qui se démarquent :

En premier lieu, c’est l’idée d’un crossover où nous pouvons effectuer ce que l’on peut faire en réel dans un monde virtuel (via la réalité virtuelle notamment), sans limite entre les applications ou les jeux. Il s’agirait donc d’une représentation physique d’internet, presque palpable.

Comment L&S contribue au metaverse ?

De notre côté, étant un acteur développant des solutions utilisant les nouvelles technologies qui façonnent le metaverse, nous contribuons à ce dernier de diverses manières :
La formation de jumeaux numérique dans l’industrie 4.0 participe aussi à la création du metaverse. Par exemple la digitalisation de processus industriels, d’usines ou encore la création d’applications de formations sont des stratégies afin de lier le numérique et le réel. Imaginez assister à des formations immersives en virtuel ou encore visiter des usines ou des centrales afin de voir leurs coulisses, cela changerait nos méthodes d’apprentissages, nos manières de les appréhender et ceci en toute sécurité. C’est sur ce sujet que nos équipes ont travaillé avec l’INSTN et le CEA. En effet, nous avons créé une application VR pour simuler une formation dans un réacteur nucléaire.

Mais il n’y a pas que des usages industriels, il y aussi l’aspect marketing du metaverse, comme les showrooms virtuels, les configurateurs qui sont de véritables outils d’aide à la vente aujourd’hui mais qui pourraient devenir la méthode de consommation de demain, c’est-à-dire acheter dans le magasin virtuel et le recevoir chez soi.

Alors pourquoi le metaverse n’existe-t-il toujours pas ?

Selon certains concepts, aujourd’hui, nous avons déjà les ingrédients pour la recette du metaverse :

  • S’échapper dans un monde virtuel
  • Acheter des apparences
  •  Communiquer, se sociabiliser
  • La RV (réalité virtuelle)
  • La RA (réalité augmentée)

Cependant, nous n’avons encore pas la technologie adéquate pour réaliser ce mélange. En effet, tels qu’ils existent aujourd’hui, les supports de RA sont très encombrants et déconseillés à un usage journalier.

De plus il faudrait avoir accès à internet à un très haut débit à travers des canaux mobiles, comme les lunettes ou les smartphones, pour pouvoir accéder au plein potentiel du metaverse. Chose qui serait possible avec la 5G mais ne serait optimal qu’avec la 6G prévu pour 2030 en Corée du Sud selon certains experts.

Va-t-on assister à la naissance d’un ou de plusieurs metaverses ?

Comme cité précédemment, le metaverse ne naîtra réellement qu’après la démocratisation de la RA/RV auprès du grand public, ainsi qu’avec l’émergence de technologies plus puissantes comme la 6G et les nouveaux supports de display/d’affichage.

Aujourd’hui, des acteurs majeurs de l’industrie des nouvelles technologies comme Epic Games, Meta (ex-Facebook), Nvidia, Microsoft, Roblox, Unity, Alphabet et bien d’autres encore, ont d’ores et déjà investi des millions, voire des milliards dans des pôles dédiés à la création du metaverse. Par ailleurs, à l’écriture de cet article, le groupe Facebook a changé son nom pour « Meta », confirmant ainsi la volonté de la firme à s’inscrire davantage dans le metaverse et à développer des outils et technologies pour sa genèse.

Enfin, la démocratisation de ce dernier peut être facilité compte tenu des immenses communautés actives que les différents mastodontes ont réussi à fédérer tout au long de leur existence : par exemple, Epic Games réussi à réunir entre 6 et 12 millions de personnes quotidiennement tandis que Roblox rassemble autour de 42 millions d’utilisateurs par jours.

On peut alors présager la venue du metaverse pour bientôt. Cependant, il est important de se demander s’il y aura un ou des metaverses ?

Investir dans les cryptomonnaies:
nos stratégies

AllEscort